pendant que le roi de Prusse

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes - One Shot -  Scénario: Zidrou - Dessinateur coloriste:  Roger - Edition Dargaud - Dépot légal: Septembre 2013.

Veuve depuis de nombreuses années, Catherine est aux petits soins pour son fils Michel pourtant âgé de 43 ans. Il aurait pu mener une vie tout à fait normale s'il n'avait été victime de cet accident qui l'a rendu totalement dépendant de sa mère. Mais qui s'en plaint ? Certainement pas Catherine même lorsque Michel fait des bêtises ou s'écroule quand il a oublié de prendre ses médicaments et qu'elle peine à soulever son corps beaucoup trop lourd pour elle. Elle aime bien profiter de ses petits moments à elle, quand elle reçoit de la visite ou qu'elle l'emmène jouer au parc à puissance 4: elle en profite un peu pour se relaxer ou marcher. Quoi qu'il en soit, Catherine assume et gère à merveille son fils quelle aime plus que tout.

pendant-que.jpgMon avis: Dans la lignée de Lydie, les Folies Bergères, la Peau de l'Ours, etc..., Zidrou nous fait vivre une tranche du quotidien de cette petite dame au coeur immense qui ne vit que pour son fils, pensant et subvenant au moindre de ses besoins. Cette histoire tendre et intelligente d'une vie de sacrifice où la bonté sans limite et l'optimisme sont de mise nous est habilement proposée dans le cadre d'un scénario découpé en plusieurs petites histoires ou anecdotes. Les dessins de Roger, que nous connaissons déjà grâce à sa très belle série "Jazz Maynard" aux cotés de Raule, nous font vivre et ressentir ces tranches de vie avec justesse et profondeur aussi bien dans l'expression des visages que le rendu impeccable de la vie de tous les jours dans une maison pleine d'amour et d'affection. Ce sera sans conteste mon coup de coeur de ces derniers jours. (J.S.D.)

 

alix-senator-2.jpgAlix Senator - tome 2 - Scénario Valérie Mangin - Dessinateur coloriste: Thierry Demarez - Edition Casterman - Dépot légal: Septembre 2013.

En l'an12 avant J-C, Alix, son fils Titus et Kephren, le fils d'Enak qu'Alix a adopté après la disparition de son père, se rendent en Egypte en ayant pour mission de faire la lumière sur des rumeurs d'après lesquelles Jules César ne serait pas mort poignardé mais toujours en vie quelque part dans le pays. Alix s'y rend surtout pour venger Enak, son ami d'enfance que Rufus, qui se cacherait lui aussi en Egypte, avait assassiné alors que Cléopatre et ses servantes venaient de se donner la mort. A peine arrivés sur la terre des ancien pharaons, ils sont attaqués par des faucons particulièrement bien dressés mais parviennent à s'en sortir indemnes. Plus tard, un incendie détruit leur bateau qui a bien failli cette fois leur coûter la vie ainsi qu'à un certain Heb qu'Alix arrache in extremis des flammes.
 

alix-senator-2-planche.jpgMon avis: Un retour en force pour ce personnage devenu mythique auquel se sont attaqués de multiples scénaristes (Jacques Martin bien sûr mais aussi François Maingoval, Patrick Weber et enfin Marco Vananzi pour la série centrale) et autant de dessinateurs (Marc Henniquiau, Jean Pleyers, Christophe Simon, Cédric Hervan, Ferry, Rafaël Morales et Marco Vananzi pour le dernier paru). Il fallait oser reprendre la série et c'était un sacré défi à relever. Ce défi a été relevé et avec succès car tout y est: une intrigue sur fond historique, une enquête et de l'action bien menée. Cette reprise des personnages principaux vieillis de 20 ans est une agréable surprise déjà pour le scénario, Mangin ayant réussi à retravailler les personnages sans trahir la série-mère et projeter les enfants d'Alix et d'Enak au centre de l'aventure en douceur et avec habileté. Pour moi, la plus belle surprise a été le dessin et les couleurs de Demarez, les scènes étant plus belles les unes que les autres: superbes paysages de montagnes ou de villes, charges de soldats, temples égyptiens et scènes de repas richement détaillées, etc. Au total, un album haut en couleurs qui devrait plaire tant aux fidèles de la série de Jacques Martin qu'aux nouveaux lecteurs qui ne devront pas relire toute la série pour apprécier pleinement celle-ci. (S.D.J.)

 

wolverine-max-1.jpgWolverine Max - Tome 1 - Scénario: Jason Starr - Dessin: Roland Boschi et Felix Ruiz - Editeur: Panini Comics - Dépot légal: Septembre 2013.
Seuls survivants d'un crash en pleine mer, Wolverine et Yumi attendent les secours au milieu des débris lorsque survient l'attaque soudaine et cinglante d'un requin qui happe Yumi sous les yeux de Wolverine impuissant. Les secours tant attendus arrivent enfin pour récupérer Wolverine qui est transféré à Tokyo. L'inspecteur chargé de l'enquête est très surpris de rencontrer un homme dont le corps semble intact car selon la rumeur il aurait perdu ses jambes lors du crash. En revanche, Logan a bel et bien perdu la mémoire, même si ses souvenirs reviennent peu à peu. Il veut avant tout savoir ce qui lui est arrivé ainsi qu'à cette jeune fille qu'il a vu mourir sous ses yeux. Il veut aussi comprendre pourquoi lui reviennent sans cesse ces souvenirs vieux de plus de 150 ans dans lesquels il se voit prenant le parti des Shonugats, poussé par Sabretooth contre le clan Yashida, afin de leur arracher leur épée par la force et briser ainsi leur suprématie. Ce n'est que lorsqu'il apprend que Mariko, la femme avec qui il passe la plupart de son temps, est une Yashida que ses idées vont se remettre en place. Prenant conscience de sa lourde erreur, son existence va s'en trouver bouleversée.

wolverine-max-planche-1.jpgMon avis: Encore une nouvelle collection pour Wolverine que l'on accommode à toutes les sauces. Un petit reproche toutefois concernant ce 100% Marvel: s'il s'agit bien du super-héros griffu que nous connaissons tous, sa vie se déroule cette fois en total décalage avec son univers habituel en s'appuyant sur des fondements totalement libres, par exemple son passé avec Sabretooth et Mariko Yashida. Si l'on oublie cet entorse à la "règle", la série a toutes les chances de faire parler d'elle car aux commandes on trouve Jason Starr qui nous vient tout droit du roman noir et cela se ressent. Au dessin, Roland Boschi et Felix Ruiz sont irréprochables, leur trait nerveux et dynamique collant parfaitement au récit noir, qu'il s'agisse des événements contemporains ou de ceux situés au pays des katanas et des samuraïs en plein 19e siècle. Une bien belle surprise. (J.S.D.)

 

isabellae-2.jpg

Isabellae - Tome 2 - Scénariste: Raúl - Dessinateur coloriste: Gabor - Edition Le lombard - Dépot légal: Août 2013..

A la fin du XIIème siècle, lancée à la recherche de sa soeur Siuko, Isabellae Ashiwara réussit à embarquer sur un bateau à l'équipage étrange. Pour cette mission, elle est accompagnée de Nasshiroi et Jinku ses nouveaux compagnons de route ainsi que du fantôme de son père tombé à la bataille de Dan-No-Ura sept ans plus tôt. Sa mission est également de protéger Maître Yuan, tâche qui va vite se révéler difficile lorsqu'il sera attaqué par deux tueurs chinois infiltrés dans l'équipage dont le capitaine ne laisse pas Isabellae indifférente. La vigilance de notre petite troupe sera mise à rude épreuve lorsqu'ils aperçoivent au loin ce qui semble être un bateau fantôme qui ressemble à s'y méprendre à celui sur lequel sa soeur Siuko a embarqué peu de temps avant leur départ. Mais ce qu'ils vont trouver à son bord n'a rien d'une bonne surprise car c'est la mort qui y plane.

isabellae-2-planche.jpgMon avis: En faisant d'Isabellae et de sa soeur Siuko les filles d'une mère irlandaise et d'un père japonais et samuraï, Raúle dispose d'un éventail étendu voire infini de scenarii pour cette série prometteuse qui a de beaux jours devant elle. D'autant que Raule (dont nous avons déjà beaucoup apprécié la série Jazz Maynard et Vies à contre-jours aux côtés de Roger) manie avec aisance les faits historiques et l'aventure fantastique, en mêlant habilement sorcellerie, combats épiques, trahisons et honneur. Dans cet album, il souligne l'habileté d'Isabellae aux arts martiaux enseignés par son père et insiste sur les compétences de Siuko en matière de sorcellerie. Les dessins de Gabor sont très efficaces pour donner tout le dynamisme nécessaire au personnage principal doté d'un caractère bien trempé. Les décors sont également fouillés alors que l'histoire se passe sur un bateau en pleine mer, la tempête étant particulièrement bien illustrée. Gabor maîtrise sans difficulté toutes les situations de son scénariste et c'est tant mieux pour nous.
A lire absolument. (S.D.J.)

 

curiosity-shop-3.jpgCuriosity Shop - tome 3 - Scénario: Teresa Valer  - Dessin: Montsé Martín - Couleurs Montsé Martin et Gabor - Edition: Glénat - Dépot légal: Aoùt 2013.

1915, la guerre fait rage en Europe. Alors que l'Italie tourne le dos à l'Autriche-Hongrie, à Jaén, au sud de l'Espagne, nos deux héroïnes Maxima et Luna sont chargées de remettre au cabaliste des documents que détenait le rabbin. Ces textes contiennent le Shem Sheraforash, c'est-à-dire le nom secret de Dieu. On dit que celui qui réussirait à déchiffrer le dessin verrait "les sept cieux de l'univers", autrement dit tout ce qui s'est passé, se passe et se passera. Le dessin implique la mystérieuse Confrérie des douze apôtres qui s'est lancée à la poursuite de la table de Salomon qui aurait été cachée dans une réplique du temple de Salomon érigée à Grenade. Mais cette hypothèse ne serait qu'une parmi tant d'autres, notamment celle d'après laquelle le dessin aurait été caché dans les murs du couvent de Montizón. Seule certitude, ce dessin est au centre de toutes les convoitises. Bruxelles, Tolède, Barcelone, etc. rien n'arrête Maxima et Luna pour arriver à résoudre cette énigme, même si Max doit aussi faire face aux attaques répétées de Valsapena qui cherche à récupérer ses bijoux ou à celles de Zdenek qui s'est lancé lui aussi à la recherche de la table de Salomon. 

curiosity-shop-3-planche.jpgMon avis: Une intrigue dense menée à travers les âges dans le plus pur style des enquêtes policières par Teresa Valero qui s'en est appropriée les rouages pour nous faire languir au maximum et ce pour notre plus grand plaisir. Alliances, trahisons, magie, secrets, mythes et légendes sont les maîtres-mots pour ce troisième volet qui nous donne enfin la clé d'un mystère qui nous a tenus en haleine sans perdre de son mordant. Il fallait s'accrocher mais l'attente en valait la peine. Cette "Curiosity" qui a su forger son caractère tout au long de cette aventure a gagné une belle place dans ma collection tant les personnages ont bien évolué et gagné en profondeur. Le duo Valero-Martin fonctionne à merveille. Le dessin de Montsé Martin, que nous avons pu découvrir dans Talisman, est très réussi, notamment pour les personnages hauts en couleurs dont elle a su nous faire partager l'évolution au fil des albums, donnant au lecteur l'impression de faire partie de la famille. En outre, elle distingue bien l'enquête des flashbacks tout au long du récit. Les couvertures également sont somptueuses dans un style vintage qui sied parfaitement à la série et la démarque des innombrables nouvelles parutions. Au final, une belle réussite mettant en scène des personnages attachants que j'espère retrouver parmi d'autres dans de nouvelles aventures de Maxima Prado dans Curiosity Shop! (S.D.J.)

 

amorostasia.jpgAmorostasia - One Shot - Scénario et dessin: Cyril Bonin - Edition Futuropolis - Dépot légal: Août 2013.

Paris vit un étrange et inquiétant phénomène. Il frappe ses habitants en les figeant sur place. Une femme, première victime identifiée, a été retrouvée figée par sa femme de ménage tenant dans ses mains une demande en mariage. Puis, le mal a atteint un couple immobilisé sur place en pleine rue sous la pluie. L'inquiétude s'accroît à mesure que le phénomène s'amplifie de façon vertigineuse jusqu'à devenir une épidémie. Olga, notre jeune journaliste, en charge de l'affaire est elle-même très inquiète car en couple. Cet état catatonique inquiète le monde scientifique au plus haut point, notamment le célèbre docteur Korda, car personne ne comprend son mode de propagation si ce n'est qu'il affecte en priorité les amoureux et se déclenche à l'occasion d'émotions amoureuses intenses, coup de foudre, déclaration d'amour ou simple regard complice. Les victimes sont non seulement figées sur place mais également coupées du monde au point que même leur peau se transforme en une sorte de carapace qui les protège du monde extérieur. Les scientifiques l'ont baptisé du nom étrange d'Amorostasia.

amorostasia-planche.jpgMon avis: En toute élégance, avec un dessin en bichromie agrémenté de quelques nuances au lavis, Cyril Bonin, comme lui seul peut le faire, nous transporte de cas en cas à travers Olga, jeune journaliste terrifiée par cette nouvelle maladie et en proie au questionnement sur la sincérité de son amour puisqu'elle ne tombe pas en catatonie devant son compagnon. L'amour et les relations humaines sont le sujet principal de ce roman graphique. Comment et quand devient-on amoureux ou cesse-t-on de l'être? Qu'est-ce que l'amour ? Intelligemment scénarisée et avec une fin surprenante, le sujet nous interpelle, nous interroge. Si cela devait arriver, comment réagirions-nous ? Nous serions complètement impuissants. Je n'oserais pas dire que cet album est un coup de coeur de crainte de tomber en catatonie, mais il mérite amplement ce qualificatif. (J.S.D.)

 

colonne-la.jpg

La Colonne - Tome 1/2 - Scénario: Christophe Dabitch - Dessin et couleurs: Nicolas Dumonteuil - Edition: Futuropolis - Dépot légal: Août 2013.

Fin XIXè siècle, tirailleur dans l’armée coloniale française, le soldat noir Souley veille auprès du corps inanimé d’un blanc, celui du capitaine Boulet qu’il protège de l’assaut des vautours. Dialoguant avec l’esprit de la colonne, il nous relate son aventure en terre d’Afrique.  Pour Boulet et son ami le lieutenant Lemoine, dont le seul point commun est la nostalgie pour les missions africaines, la vie à Paris est insipide. Hommes aguerris et déterminés, ils cherchent à monter une nouvelle expédition. Mais l’enthousiasme est retombé. Heureusement, l’État français va leur donner une chance d’y retourner. Ils sont secrètement envoyés au Tchad rejoindre d’autres missions françaises chargées d’assurer la souveraineté française face aux Anglais ou aux Allemands. Leur mission a peu de subsides. Sur place, ils constituent une colonne de tirailleurs et porteurs en piochant sans vergogne dans la population locale. Parmi les engagés, un jeune sénégalais, Souley, fier d’avoir rejoint la colonne des Blancs. Mais l’aventure va vite s’assombrir. La mission va vite devenir incontrôlable et sur le passage de cette colonne, ce ne seront bientôt plus que violence sur les populations, pillages, massacres et désolation. colonne-la-planche.jpg

Mon avis :  Christophe Dabitch au scénario et Nicolas Dumontheuil au dessin nous font revivre un épisode tragique de la colonisation française en Afrique. Dabitch a habilement adopté un style tragi-comique pour ce récit difficile, basé sur des faits réels en mélangeant la réalité crue de l’époque coloniale avec des scènes loufoques. Le dessin de Dumontheuil, superbe comme à son habitude, est encore rehaussé par les couleurs directes qui en accentuent la profondeur. Un album de toute beauté ! (J.S.D.)

 

sarrasins.jpgSarrasins! One Shot: Scénario: Blengino Luca - Dessin Luca Erbetta - Couleurs: Filippo Rizzu - Edition Soleil Quadrants - Dépot légal: Août 2013.

Fin du premier millénaire, en des temps difficiles où villages, seigneuries et monastères de Provence se disputent pour tout et pour rien. Ainsi divisés, ils sont devenus des proies faciles pour les pirates Sarrasins, nouvellement convertis à l'Islam sous le nom de Mullawad. Retranchés dans leur repaire de Farrakhshanit, ils comptent parmi eux, Hazar, un jeune homme aux cheveux blonds, considéré comme leur meilleur éclaireurC'est en ces temps de pillages et d'enlèvements que Raïs Memeth Soraq vient d'Espagne leur proposer de s'allier aux frères d'Al-Andalus et kidnapper un abbé porteur d'une lettre de la plus haute importance qu’il doit remettre au Pape. Un piège bien organisé en fait. Hazar se retrouve en plein coeur de ce drame qui va prendre une tournure dramatique.

sarrasins-planche.jpgMon avis: Sous les traits de Hazar, cette histoire lève le voile sur la fin de la présence des pirates sarrasins dans cette partie des terres françaises à la fin du premier millénaire. Le récit bien documenté de Luca Blengino (1881, Watch, WW 2.2, etc.) nous présente entre autres le Jihad contre les Francs et les origines du soulèvement des Chrétiens bien décidés à refouler les sarrasins vers la mer. Une belle histoire qui aurait facilement mérité d’avoir une suite. Les dessins de Luca Erbetta (Alter Ego, 1881, Watch, Sam & Twitch, etc.) sont fins, précis et abondants de détails tant pour les personnages et leurs costumes que pour les décors le tout avec de bien belles couleurs de Filippo Rizzu. Un plaisir visuel non dissimulé pour un très agréable moment de lecture qui permet aussi de (re)découvrir une tranche de l'histoire du sud de la France assez peu connue alors que les Sarrasins y sont demeurés près d'un siècle. (S.D.J.)

 

sauvage-1.jpgSauvage - tome 1 - Scénariste: Yann - Dessinateur et coloriste: Meynet - Edition: Casterman - Dépot légal: Août 2013.

Désert mexicain, 1864. Les hommes de l'armée impériale menés par le Capitaine Filippini découvrent le massacre de l'escorte impériale de la malle-poste de Veracruz par l'avant-garde de l'armée du général juariste Eduardo Garzon y Sobrado. Passant outre les ordres de son capitaine, le Sous-Lieutenant Sauvage décide d'intervenir pour sauver du viol la fougueuse et aventurière princesse Agnès de Salm-Salm et d'une mort certaine l'envoyé spécial du New York Tribune, H.C. Clarcke, venu interviewer l'empereur Maximilien. C'est alors que les hommes de Filippini apprennent auprès d'un mourant l'existence dans la diligence d'un compartiment secret contenant une serviette en cuir renfermant des documents de l'État-major de Napoléon III à remettre en mains propres au général Bazaine, commandant des troupes françaises au Mexique. L'un des Juaristes ayant réussi à s'échapper pendant l'affrontement pour ramener des renforts, ils décident de se retrancher dans une hacienda jusqu'à l'arrivée des secours mais y seront rapidement encerclés par d'autres partisans de Juarez, les "Cazadores". L'action efficace du sous-lieutenant Sauvage ne l'empêchera pas d'être sanctionné par cinq heures de "crapaudine" pour désobéissance sous le feu de l'ennemi. L'homme tient bon, ses motivations sont fortes car il est venu au Mexique pour régler une vengeance familiale vieille de plus de huit ans.

sauvage-1-planche.jpgMon avis: Dans un pays en proie à la guérilla et la guerre civile, il va de soi que le scénario de Yann est riche en rebondissements sur fond de faits historiques avérés y compris le personnage de la belle et rocambolesque Agnès de Salm-Salm. La vengeance de Sauvage vient encore pimenter un peu plus l'histoire déjà bien tourmentée de cette troupe. Le dessin et la mise en couleurs de Felix Meynet m'ont très agréablement surpris. Qui ne connaît pas ses dessins souvent agrémentés de superbes pin-ups ! Mais grâce à la couleur directe, le résultat est particulièrement plaisant et réussi qu'il s'agisse des décors, des personnages masculins et, bien sûr, des jeunes et belles représentantes de la gente féminine même si, exceptionnellement, elles ne sont pas au centre de l'histoire, du moins dans le premier tome. A noter aussi la parution d'une version alternative avec dos toilé contenant un dossier de 8 pages intitulé "L'Illustration". (J.S.D.)

 

hawkeye-ma-vie-est-une-arme.jpg

Hawkeye - Scénario: Matt Fraction - Dessinateur: David Aja et Javier Pulido - Couleurs: Matt Hollingsworth - édition Panini comics collection 100% Marvel - dépot légal: Juillet 2013.

Clint Barton est Hawkeye. Jeune, c'était un mauvais garçon largement entraîné et influencé par le Spadassin (Swodsman), un autre "bad boy". Puis il rejoint les Vengeurs à la même époque que d'autres hors-la-loi, notamment les enfants de Magnéto: Sorcière Rouge et Quicksilver. Depuis, il a mérité sa place de pilier de l'équipe. Aujourd'hui, c'est dans le civil qu'il va devoir agir et règler ses comptes, en tout premier lieu avec Ivan, un proprio adepte du survet lié à la mafia locale. Plus tard, en compagnie de sa nouvelle coéquipière, Kate Bishop des Young Avengers, il va s'efforcer de stopper des « frangins » complètement déjantés ainsi que Maynard Tiboldt, un escroc ayant eu lui aussi le Spadassin comme mentor et désormais à la tête d'un cirque qui arnaque les riches. Enfin, il va devoir retrouver au plus vite la cassette que le Shield lui a demandé de récupérer. Sinon sa vie, tout comme celle des autres Avengers et du Shield seront en danger et pourront devenir la cible des plus dangereuses organisations criminelles comme l'Hydra, la Maggia, le Crimson Cowl, Madame Mask, Fisc, etc. Car sur cette cassette, on peut clairement voir Hawkeye assassiner pour le compte des Etats-Unis !!!

hawkeye-ma-vie-est-une-arme-planche.jpgMon avis: Un bon polar noir sous la plume de Matt Fraction (Avengers vs X-Men, Dark Avengers, Fear Itself, Iron Fist, Thor, X-Men, etc.) au pays des Super-Héros. Tout au long d'un récit où il sera assez malmené, Hawkeye dispose seulement de deux atouts - la maîtrise des armes et le combat au corps à corps - pour affronter les plus grandes organisations criminelles. Les dessins de David Aja (Daredevil, Iron Fist, Captain America, Wolverine, X-Men Unlimited, etc.) - qui a déjà travaillé sur Iron Fist avec Matt Fraction - sont très différents de son travail habituel minutieux et soigné comme sur Iron Fist ou Daredevil mais demeurent très efficaces. Ici, les personnages sont nettement moins détaillés mais ils sont mis en scène de façon cinématographique dans de multiples scènes d'action comme peu d'auteurs savent le faire de manière talentueuse avec aussi peu de traits. Pour le dernier épisode, Javier Pulido (Catwoman, Human Target, Hellblazer, Obin Year One, Uncanny X-Men, etc.) nous propose un style davantage "old school" et "cartoonesque" qui s'avère lui aussi très efficace. Une petite perle dans les comics parus durant ce mois de juillet 2013. (S.D.J.)