Elfes 2

La peur a envahi la cité Eysine alors qu'elle est sur le point d'être assiégée par ses ennemis alliés aux Orks. En vain le roi s'est efforcé de demander de l’aide à ses voisins. L'un après l'autre, ils ont refusé par crainte de tout perdre ou parce qu'ils sont déjà sous l'emprise de l'ennemi. Lliali, la fille du roi, propose de demander l’aide des Elfes car il y a bien longtemps ils se sont déjà alliés aux humains et leurs druides pour combattre ensemble leurs ennemis communs. Malgré le refus farouche de son père, Lliali, accompagnée d'Imgam son maître d’armes, décide d’entreprendre cette quête mais, avant même d’arriver chez les Sylvains, autrement dit les Elfes de la forêt, ils se retrouvent face à une horde d’Orks et de Gobelins assoiffés de sang et de vengeance. Imgam y laissera la vie non sans avoir confié à Lliali avant de mourir qu’elle est plus forte qu’elle ne peut le soupçonner. Plus tard, elle exterminera une horde entière d'assaillants grâce à un sortilège, sauvant ainsi la vie d'un Elf nommé Yfass venu l'aider, mais elle tombe d’une falaise épuisée par les affrontements. Lui témoignant sa gratitude, Yfass la guérit de ses blessures puis il se rend auprès des siens pour les exhorter à venir en aide aux feljs (les humains). En effet, il a reconnu en Lliali une descendante directe des Druides avec qui une alliance était possible et qui contrairement à ce qu'il croyait n'ont donc pas disparu de leurs mondes.

Elfes 2 Planche

Mon avis : Ce deuxième tome est d'aussi bonne facture que le premier. Ange nous entraîne dans son récit qui met en jeu des royaumes et univers très différents où créer l'harmonie est une tâche délicate et difficile. La guerre, désormais imminente, s'avère nécessaire pour sauver un monde rongé par la haine, les trahisons, les alliances ou les désaccords. Il importe de sauvegarder d'abord la nature car, sans elle, les Sylvains seront contraints d’entrer en guerre avec les Feljs (les humains) en plus de leurs ennemis de toujours, Orks et Gobelins. Les dessins de Gianluca que nous avons pu découvrir dans Elya ou Les brumes d'Asceltis sont précis et détaillés tant pour les paysages, l'action que les personnages. Grâce aux couleurs très réussies de Chiho Saito, ils restituent parfaitement l'ambiance et l'énergie du récit. Si la série continue sur cette voie, comme en témoigne ce nouvel opus, elle devrait figurer en tête des ventes chez Soleil.